Interview avec Clark’s Bowling Club

Interview avec Clark’s Bowling Club

Interview avec Clark’s Bowling Club

 

Qu’est-ce que Montréal vous inspire?

Clark’s Bowling Club : Montréal, c’est là où le groupe s’est formé, avec des scènes et des répétitions dans tous ses recoins sombres en hiver, et du plein air en été, dans la rue ou dans les parcs. Ça a été notre terrain de jeu musical pendant 8 ans, dans différents projets et avec différents musiciens, avec le vrai point de départ sur la rue Clark’s, dans un sous-sol, en 2014.

 

Comment qualifieriez-vous votre musique?

C.B.C. : C’est toujours un peu dur de répondre à ça! On fait un mélange subtil avec une grosse base de funk, une couche de hip-hop, quelques doses de jazz dans les accords et les solos et de l’électronique pour lier le tout et faire danser!

 

Votre rituel avant de monter sur scène?

C.B.C. : Un gros câlin avec tous les musiciens, toujours! C’est important, il faut beaucoup de complicité pour qu’un show se passe bien. Il ne faut jamais négliger la part d’improvisation, qu’un solo dure 32 mesures au lieu de 16, qu’une intro soit prise plus rapidement ou plus lentement, donc on a intérêt à pas rester dans son coin la tête baissée sur notre instrument mais plutôt lever les yeux pour communiquer. Et puis un concert où on communique pas, ça sonne drôlement moins bien et on prend aucun plaisir!

 

Quelle musique écoutez-vous pour vous motiver?

C.B.C. : En été, on écoute beaucoup de funk pour se motiver! Et à Montréal, il y a une effervescence de funk c’est incroyable, que ce soit du funk plus traditionnel avec The Brooks ou du plus moderne avec Voyage Funktastique, c’est pas pour rien que c’est en train de devenir la capitale du Funk dans le monde!

…  et pour chiller l’été?

C.B.C. : Pour chiller, on est très branchés neo-soul dans le groupe, on est des fans finis de D’Angelo et Isaiah Sharkey, ou encore Erykah Badu et Rob Glasper.

 

Souvenir marquant de votre carrière musicale?

C.B.C. : Le lancement de Cool Kids, notre premier album, au Bleury en 2017. On venait de tout donner pendant une semaine pour finir notre album après un an séparés, et on avait dû préparer le live ensuite en trois jours. On arrive sur scène, et on fait notre meilleur live à date. C’était pendant le festival de Jazz, les gens faisaient la queue pour rentrer pendant le concert. On a eu de super retours de tout le monde en descendant. Tout le stress est retombé d’un coup, c’était la meilleure sensation du monde, et c’est là qu’on s’est dit qu’on voulait vraiment en faire une carrière.

 

2 artistes que vous nous conseilleriez de suivre?

C.B.C. : Anomalie est un pianiste électro Montréalais qui est encore trop peu connu pour son talent. Il a une technique d’extra-terrestre, un son unique et des concerts incroyables. Allez le voir! Sinon, le groupe Knower mérite le détour, avec un univers ultra décalé et des morceaux jazz fusion du futur.

 

Un mot pour ton public du MEG 2018?

C.B.C. : On a eu l’opportunité d’aller tous lancer notre 2ème album ensemble à Lyon (France), et les premiers d’entre nous partent dès septembre. Ce concert sera donc le dernier avant un petit moment et on va tout envoyer pour que ça soit spécialement chaud comme ambiance! Le festival MEG est aussi particulier car il mélange les artistes locaux avec leurs cousins français, ce qui rendra l’ambiance encore plus particulière pour nous! On a très hâte de vous y voir en tout cas!

 

En savoir plus

 

Ta playlist de demain, avec Clark’s Bowling Club

About the Author